Themen

14. November 2019

Accords bilatéraux de libre-circulation des personnes et de la recherche

Le 16 octobre dernier, interpharma, en partenariat avec economiesuisse, la Fédération des entreprises romandes et la Haute école de gestion de Genève, organisait à Genève une conférence-débat pour mettre en avant les avantages des accords bilatéraux.

Préserver la recette du succès

Claire Baribaud, la rectrice de la HEG a rappelé en ouverture que les chercheurs et les étudiants suisses bénéficiaient des programmes-cadres de recherche et de la mobilité dans l’UE. Elle a regretté « la tentation de l’insularité ». A sa suite, la directrice romande d’economiesuisse, Cristina Gaggini a souligné l’importance des échanges commerciaux entre la Suisse et l’Union européenne. Le peuple suisse se prononcera, très probablement en mai 2020, sur une initiative de l’UDC visant à mettre fin à la libre circulation des personnes. Or, l’ensemble des 7 accords dit « Bilatérales 1 » sont liés entre eux. Une acceptation de cette initiative priverait donc de facto les entreprises suisses de leur principal marché d’exportation. Enfin, le conseiller d’Etat genevois chargé du département de la sécurité, de l’emploi et de la santé Mauro Poggia a mis en avant l’importance des relations bilatérales pour un canton frontalier comme Genève. Il a notamment mis en avant qu’en matière de recherche, la Suisse avec reçu d’avantage de fonds européens qu’elle n’avait cotisé. Il s’est fermement prononcé pour un rejet dans les urnes de l’initiative dite « contre les Bilatérales » de l’UDC.

Des accords essentiels pour le moteur économique

En 2e partie de l’événement, Interpharma a pu mettre en avant l’importance des accords bilatéraux pour l’industrie pharmaceutique. Les exportations de l’industrie pharmaceutique représentent près de 40% de l’ensemble des exportations nationales. Elles se montent à près de 90 milliards de francs, soit 20 fois plus que le chiffre d’affaires réalisé en Suisse et environ 50% de ces exportations vont dans l’UE. Par ailleurs, les entreprises doivent pouvoir recruter des spécialistes hautement qualifiés de l’UE. Enfin, il a été rappelé que les programmes-cadres de recherche comportent un volet de partenariats publics-privés qui bénéficient aussi aux PME suisses. Ainsi, dans le canton de Genève, plusieurs PME biomédicales reçoivent des fonds européens et sont intégrées dans les circuits de recherche de pointe.

Débat entre acteurs politiques locaux

En conclusion, un débat a réuni deux députés du Grand Conseil genevois, Daniel Sormani (MCG) et Marc Falquet (UDC), ainsi que la conseillère nationale Simone de Montmollin (PLR) et le directeur adjoint de la FER Olivier Sandoz. Ils ont débattu des conséquences de l’initiative « contre les Bilatérales » de l’UDC sur le canton de Genève.

Cet événement a réuni une centaine de personnes, dont une classe d’étudiants de la HEG qui ont aussi eu l’occasion de poser des questions aux intervenants de cette conférence –débat. Les échanges se sont ensuite poursuivis de manière plus informelle autour d’un apéritif dinatoire.

Pour en savoir plus : https://www.europapolitik.ch/fr
Mehr zum Thema: https://www.europapolitik.ch/de

Accords sur la recherche et libre circulation des personnes sont essentiels pour #prospérité de l’Arc lémanique. Retour sur la conférence @HEG_GE avec @economie_suisse, @FERGeneve #SuisseUE http://bit.ly/3703quh #iph
Débat

Weitere Themen